+261 32 11 261 85  cmm@mineschamber.mg
Logo SITE

Les réalités du Secteur Minier à Madagascar

image realite

COVID -19 : LE SECTEUR MINIER A UN RÔLE À JOUER DANS LA RELANCE ÉCONOMIQUE

La pandémie du Coronavirus, perçue par de nombreux pays comme la plus grave urgence sanitaire de l'histoire moderne, est venue, brutalement, bouleverser tous les équilibres, mettre à l’arrêt la quasi-totalité de l’économie mondiale, faire s'effondrer nos plus vives certitudes et se muter en l'un des plus grands défis auquel la planète ait été confrontée depuis la Seconde Guerre mondiale.
Selon la BANQUE MONDIALE, l’AFRIQUE connaitra sa première récession depuis plus de 25 ans, avec une croissance annuelle qui devrait passer de 2,40 % en 2019 à -2,80 % (voire - 5,10 % selon certains scénarios) en 2020 et des conséquences sans doute dramatiques pour les économies les plus fragiles.
En quelques semaines, notre pays a également complètement changé de visage. Il s’est d'abord comme soudainement arrêté. Les écoles, les commerces et même les frontières nationales se sont fermées et des millions de personnes se sont retrouvées confinées chez elles avec un nouveau sujet de discussion et de préoccupation : la COVID-19.
Sanitaire à ses débuts, cette crise n'a pas tardé à se décliner en des conséquences entre autres économiques, sociales et sociétales.
Le Secteur Minier malagasy, à l'instar de l'ensemble du Secteur Privé national, n'a pas été épargné.
Sous l'effet conjugué de facteurs exogènes tels la contraction de la demande internationale et la baisse corollaire des cours des métaux mais aussi endogènes, principalement les mesures de confinement et de restriction de déplacements prises pour arrêter la propagation du virus, lesquelles ont conduit à la suspension de la majorité des activités minières, les recettes et contributions escomptées du Secteur Minier national seront durement affectées, non seulement pour l'année 2020 mais également pour celles à venir.
Pour autant, devant la gravité et l'urgence des besoins induits par la crise sanitaire actuelle, les Sociétés membres de la CHAMBRE DES MINES DE MADAGASCAR se sont pleinement mobilisées pour soutenir les efforts du Gouvernement dans la réponse et la lutte contre la pandémie du Coronavirus et ce afin de protéger les populations de leurs zones hôtes.
Le Secteur Minier a indiscutablement, en outre, un rôle essentiel à jouer dans le processus intersectoriel de relance ainsi que dans le développement du pays, et ce au-delà de ces contributions actuelles.
Il est en effet clairement établi que les activités minières ont des effets multiplicateurs importants sur l’économie nationale et régionale grâce à la création d’emplois directs et induits et à l'émergence de perspectives économiques - y compris une variété de services sociaux tels que les soins de santé et l’éducation - pour les Communautés riveraines des régions rurales et/ou éloignées où elles sont implantées.
Ceci étant, ces défis exigent plusieurs prérequis et autant de priorités :
- la nécessité de pouvoir compter sur des "stimulus" à l'instar du "dégel" des Permis Miniers, la levée des restrictions qui freinent le développement du Secteur et le soutien et l'accompagnement à long terme de certains Projets souvent proches de la décision d’investissement ;
- la restauration de l'attractivité de MADAGASCAR. Cette attractivité, cette compétitivité, sont directement conditionnées par la stabilité et la prévisibilité du Cadre Légal, les investissements miniers étant, par définition, "lourds", à haut risque et avec un retour sur investissement à long terme ;
- - l'exigence que toute modification du Cadre Légal se fasse au travers d'une consultation claire, large, ouverte, réfléchie et transparente.
Nous avons, pour cela, besoin d'un partenariat fort et éclairé avec l'État pour redynamiser le Secteur Minier, attirer plus d'investissements - tant nationaux qu'internationaux - et trouver des solutions durables de nature à améliorer la résilience de notre Secteur et servir ainsi de vrai catalyseur de la croissance économique et du bien-être social.
Il faut cependant rester lucide. Les activités minières ne reprendront que lentement, à mesure que l’économie mondiale se rétablira. Nombre de Projets ont été mis à l'arrêt et les investissements qui y sont associés laissés en suspens. La plupart des "majors" internationaux ont ainsi annoncé d’importantes réductions dans leurs dépenses en capital pour l'année 2020.
De surcroît, la persistance de conditions de marché détériorées renforcera, pour les Sociétés "juniors", la difficulté à mobiliser les capitaux nécessaires au financement de leurs programmes d'exploration et de développement.